La question des masques : "on ne peut pas ne pas communiquer"

Quelle communication alternative quand on sait que les difficultés de compréhension peuvent être source d’anxiété et de frustration ? Lorsque le masque vient couvrir les expressions faciales et par conséquent vient empêcher la lecture des émotions qui accompagne le langage ? « On ne peut pas ne pas communiquer », expression chère à Watzlawick : en effet tout est communication, les actes, les comportements, les silences... On peut d’ores et déjà observer les prémices d’un nouveau mode relationnel et s’attendre à une adaptation de la communication en réponse aux bouches masquées. L’absence de la perception visuelle de l’expression faciale peut se traduire par une prosodie (mélodie de la voix) et une tonalité différente. Si longtemps on a prêté un regard particulier, connoté au mode de communication gestuel, il est fort probable que notre langage soit plus théâtralisé, et ce dans un souci de compréhension. En effet cette nouvelle injonction nous obligera à adapter nos modes de communication. Le langage repose sur deux registres : verbal et non verbal. Le port du masque a généré des préoccupations : comment communiquer sans les attributs, qui favorisent l’échange ? Nous pouvons déjà observer l’apparition de solutions transparentes sur les masques situées au niveau de la bouche pour faciliter la communication verbale, la lecture labiale des personnes mal entendantes, déjà émerge une préoccupation « inclusive », aussi l’apparition de modifications des phrases énoncées, les périphrases accompagnent l’échange tout comme les adjectifs qualifactifs foisonnent apportant une précision complémentaire des éléments de l’échange. L’attention, l’écoute est plus mobilisée avec les masques. Il nous faudra être attentif à l’autre pour décoder le message qu’il nous adresse. Il sera intéressant de nous observer pour voir naître une autre forme de communication. Quels codes vont être mis en avant pour distinguer les subjectivités ? Quand on sait l’importance pour certains du maquillage sur l’identité on peut s’interroger ; Tout comme la barbe des hommes a refait surface, et est réapparue de façon significative avec la question du genre. Comment va t on s’approprier le masque et comment celui-ci va t il permettre la création du lien sans utiliser les codes habituels ? Nous observons déjà des masques « masqués », par de belles créativités personnelles. Nous avançons masqués et pourtant déjà nos intentions sont révélées par la gestualité et nous orientent vers un choix langagier universel. De plus le poids des mots sera sélectionné avec soin, un choix précis souligné d’un regard expressif, oui le haut de notre visage sera le point de notre attention. Alors aurons-nous le plaisir de voir nos fronts dégagés ? Nous pouvons déjà constater le retour d’une « politesse » qui faisait profondément défaut à nos échanges, peut-être en lien avec le partage des émotions. Nous disposons tous d’expressions très personnelles pour communiquer, avec des significations variées alors comment éviter les malentendus le temps que nous disposions de repères suffisamment compréhensible et décodés par tous ? Quand hausser le ton est aujourd’hui significatif, nous pouvons penser que bon nombre de personnes pourront interpréter ce changement de ton. Si s’adapter à la personne avec laquelle nous communiquions était subsidiaire sans masque, celle-ci va être nécessaire désormais pour bien se faire comprendre. Comme tous les changements, cette habileté communicationnelle sera favorisée par l’experience et prendra un peu de temps avant de se généraliser. Mais comment ne pas faire sursauter quelqu’un qui ne s’attendait pas à être interpelé ? Il sera de bon ton d’observer de bonnes pratiques : d’apparaître dans le champ visuel d’une personne pour s’adresser à elle et d’utiliser à outrance le titre de civilité : « Madame ou Monsieur » afin que la personne identifie bien son interlocuteur des conversations environnantes. Cette forme de communication nous invite aussi à repenser l’intimité d’un échange. Comment tout ce qui se disait tout bas pourra être transmis ? Le sms sera-t-il la voix off de notre communication ?


Featured Posts
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Recent Posts